Trouver l’amour à 40 ans grâce à nos voyants ?

Le travail que nous proposons chaque jour d’être un peu meilleur nous aide à voir la réalité et à nous accepter tels que nous sommes ; il nous donne de la sécurité, et de cette façon diminue le souci de penser à la façon dont les autres nous verront ou au niveau social que nous avons atteint. Cet exercice de dépassement nous fait grandir et nous donne l’équilibre émotionnel, nous fortifie en tant que personnes, facilitant la réalisation des objectifs que nous nous sommes fixés pour atteindre.

Si nous découvrons et que nous sommes conscients des difficultés et des carences que nous apportons, cette connaissance nous permettra de surmonter les conflits que nos limites nous causent, en étant conscients de notre propre fragilité. Et ces victoires et ces défaites deviendront des expériences, nous indiquant le chemin où nous pouvons aller et où nous ne pouvons pas aller.

Nous savons qu’il n’y a pas de coïncidence, que tout au long de notre vie nous sommes mis devant ce que nous avons besoin de vivre, et que c’est la Sagesse divine qui nous place au bon endroit pour enrichir nos expériences et développer certaines valeurs, certaines compétences.

La confiance en soi nous aide donc à nous adapter à toute situation qui peut se présenter. Nous devons nous rappeler que nous sommes à un point d’évolution, dans une existence physique qui est une conséquence du passé, avec un programme à réaliser aujourd’hui. Nous devons être conscients de notre potentiel et du fait que nous avons toutes les chances de réussir si nous y mettons les efforts nécessaires.

Soyons nous-mêmes des personnes dignes de confiance pour la droiture de notre vie, capables d’infecter les autres avec optimisme pour la bonne exécution de nos devoirs.

Voyance pour le couple

Pour l’attitude mentale et affective malavisée qu’ils adoptent face aux vicissitudes de la vie quotidienne.

La grande majorité des gens ignorent que leur égoïsme, avec sa suite d’envie, de jalousie et de mauvais désirs, ainsi que de mauvais sentiments, est une énergie psychomagnétique négative, qui endommage l’énergie même qui la nourrit.

Quand l’être humain acquiert la connaissance des lois qui gouvernent la Vie dans ses différents aspects, il pourra éviter de créer les causes qui engendrent le malheur et créer les conditions qui produisent le bonheur. Et ce n’est pas une utopie mais une réalité, ignorée par beaucoup de gens, même ceux qui ont une culture académique.

Le bonheur est le but vers lequel toute créature humaine avance, puisqu’il lui correspond par la loi ; et qu’il atteindra quand il réussira à créer les conditions propices à sa manifestation. Parce que le bonheur, tout comme le malheur, sont des états conséquents de notre conduite.

Et le bonheur le plus durable est obtenu lorsque nous atteignons cet état de paix de l’esprit et d’harmonie émotionnelle qui rend la vie plus agréable. Pour ce faire, il est indispensable, en plus de surmonter les aspects mentionnés, de maintenir les sentiments de bonté et les désirs de bien pour tous, ainsi que les pensées constructives, basées sur la fraternité humaine.

Parce que le bonheur est la conséquence naturelle d’une Conscience calme et du sentiment et de la manifestation de l’Amour dans la vie quotidienne, qui produisent l’harmonie dans l’esprit et l’âme de la personne, l’harmonie qui génère des sensations de bonheur ineffable.

Mais notre plus grand ennemi, déguisé en ami : l’EGOISME, s’y oppose. Pour l’égoïsme, le tronc d’où sortent les imperfections du caractère, dans ses différents aspects, est la plus grande cause de malheur. Il n’y a pas de personne égoïste qui soit heureuse, parce que l’égoïste, dans son attitude exigeante et amassante, est constamment désarmonisé, mentalement et émotionnellement ; même dans l’ignorance de lui-même, il l’ignore.

Pourquoi tant de gens sont-ils malades des « nerfs », de l’estomac, du foie, etc. avec une vie d’amertume ?

Pour l’attitude mentale et affective qu’il adopte dans sa vie quotidienne, en dehors des lois naturelles, les lois de la Vie. Et ils vivent comme ça parce qu’ils sont ignorés. C’est pourquoi la Connaissance est si nécessaire.

Par exemple, lorsqu’une personne jalouse et rancunière sait que les sentiments ignobles qu’elle entretient passivement sont la cause de la détérioration de sa santé et d’autres malheurs qui rendent sa vie amère, ne pensez-vous pas que cette personne fera un effort pour surmonter cet état ?

Nous devons savoir et avoir pour vérité que le corps physique créé dans les lois biologiques, est d’accueillir un Être spirituel, qui vient à la vie physique avec un programme de réalisations, pour accomplir une destinée, dans laquelle est inclus le dépassement des imperfections et pour développer les facultés mentales et psychiques dont l’Esprit a besoin pour son progrès.

Et dans la mesure où vous ferez ce programme, vous avancerez sur le chemin de votre évolution, vers le bonheur total.

Voyance pour sauver mon couple ?

En suivant les lignes directrices qui devraient marquer notre performance au sein d’un groupe ayant des préoccupations spirituelles, nous examinons maintenant le sens de la tolérance, du respect et de la compréhension.

Sans garder ces valeurs comme principes nécessaires, il est très difficile pour les tâches, les initiatives et les activités qui font partie des objectifs établis d’être menées à bien dans un ensemble. Surtout lorsque l’un de ces objectifs premiers doit être celui de la coexistence, sans laquelle, comme nous l’avons déjà mentionné dans cette section, il nous sera pratiquement impossible d’établir de bonnes relations et de respecter les engagements pris « en tant que membres d’un groupe » lorsque nous nous incarnons sur terre.

Tolérer, c’est respecter les idées, les croyances ou les pratiques des autres quand elles sont différentes ou contraires aux siennes ; comprendre, c’est trouver les actes ou les sentiments des autres justifiés ou naturels. Et respecter, c’est respecter, c’est être attentif aux autres.

Ce ne sont pas seulement des paroles, ce sont d’authentiques bastions d’éducation, de bonnes manières et de conduite morale que nous devons toujours essayer d’être avec nous dans toutes nos actions, à tout moment, quand il s’agit de nos relations avec nos semblables. Pour certains, ce ne sont que des mots, quand ils ne sont pas prêts à céder, à accepter que d’autres puissent aussi avoir de bonnes idées, à supposer que nous pouvons avoir tort, et que les choses appartiennent à tous et pour tous, que personne ne doit se poser en leader absolu de quoi que ce soit, car de là le fanatisme, l’intransigeance, l’arrogance, il ne se fait plus guère de pas.

Au contraire, la plus belle chose au monde est de partager, de vivre une coexistence saine et propre, sans impositions, sans mandats, sans détours, sans duplicité. Que chacun des membres du groupe ait son mot à dire, que l’analyse et l’expérience de tous soient mises en lumière et qu’elles constituent la meilleure option, démontrant ainsi que tous sont valables, que notre idée ou notre opinion n’est pas toujours la meilleure et que l’important est que, quelle que soit la décision prise, elle est acceptée et acceptée par la majorité.

Pour arriver à cette pratique de vivre ensemble, et de partager les choses qui nous concernent tous, il faut avoir la maîtrise de soi, et l’humilité suffisante pour accepter les idées des autres, même si elles ne coïncident pas avec les nôtres, tolérer c’est respecter les idées……

Il faut aussi que la charité germe déjà dans nos cœurs, pour pouvoir comprendre les attentes des autres et faire en sorte que chacun se sente nécessaire, utile et constitutif du groupe comme le premier, sinon nous nous préoccuperons peu des opinions de l’ensemble, parce que nous considérerons notre meilleur. Les égoïstes et les fiers veulent toujours s’en tirer et essayer de nous convaincre que sa préparation est plus grande et qu’il doit faire ce qu’il dit parce que c’est la meilleure. C’est le pôle opposé à l’humilité, et donc un grand obstacle pour pouvoir se réaliser au sein d’un groupe, et que celui-ci parvient à se développer librement et sans les obstacles propres aux défauts humains, si typiques, et qui ne servent qu’à détruire et interrompre efficacement les processus évolutifs.

Questions sur l’Au delà ?

Chers lecteurs, nous commençons une nouvelle section sous le titre : CONSIDÉRATIONS SUR L’Au-delà qui, nous l’espérons, vous intéressera. Dans le but d’approfondir davantage le thème spirituel, nous ouvrons une nouvelle section pour analyser certains thèmes liés à l’Au-delà et à la vie future, questions d’actualité permanente et débat.

Des questions telles que la mort et l’incertitude angoissée qui l’entoure, le ciel, l’enfer, les anges, les démons, les douleurs éternelles, etc. seront traitées dans cette section.

D’une manière générale, les religions dominantes et leur manque de flexibilité ont provoqué, tout au long de l’histoire, une rupture entre ce qui devrait être une foi raisonnée, qui pourrait affronter la raison face à face, et ce qui est une foi aveugle ou dogmatique. C’est aussi une rupture entre ce qui sont des croyances simples et ce qui peut devenir des convictions soutenues par des faits, par une science libre et non soumise aux œuvres considérées sacrées, défendues comme des vérités absolues émanant directement de Dieu.

« L’immersion de l’humanité dans l’obscurité médiévale a conduit la nature humaine à une retraite historique « .

Les ténèbres, comme l’affirme l’éminent spirite brésilien, dont nous ne sommes pas encore pleinement sortis, malgré les siècles qui se sont écoulés et les efforts des âmes désintéressées et sages qui, périodiquement et à toutes les époques, se sont incarnées dans notre monde pour promouvoir des réformes et des avancées significatives qui retournent sur la voie du progrès, de la science et du bien. Bref, récupérer l’essence du message du Maître Jésus sans manipulations ni interprétations intéressées.

L’homme d’aujourd’hui exige des réponses, il n’est pas satisfait des arguments traditionnels qui peuvent encore en satisfaire certains ; cependant, ils ne sont plus suffisants pour ceux qui sont habitués à la raison, qui ont besoin de comprendre pour croire. Ils rejettent une foi aveugle en quelque chose d’indéterminé, ambigu, diffus, distant. Il ne peut pas être que la réalité matérielle et spirituelle soient si éloignées l’une de l’autre qu’elles n’aient pas de points de connexion clairs. Il n’est pas compris qu’un Dieu miséricordieux se soumette et exige de croire en Lui sans fournir quelques réponses de base qui nous permettent de comprendre quelque chose de Sa justice, de Sa bonté, et que nous sommes tous égaux à Lui, en vrais enfants.

Il n’y a pas de compréhension d’un Dieu capricieux qui prend parti d’un côté religieux particulier ; il n’y a pas de compréhension qui permette aux uns de souffrir et de bénéficier aux autres apparemment sans le mériter, simplement par le simple fait d’être le fils ou la fille d’une famille riche ou puissante. D’autres, condamnés à la misère, à la faim, à la misère, à la misère, sans possibilité de partir…, seulement parce que Dieu le veut ainsi.

Medium Rare

C’est donc un sentiment de responsabilité qui doit accompagner le médium puisqu’il fait partie d’une équipe dont il est la partie visible, mais où derrière lui il y a beaucoup plus, et que ce qui est derrière lui, qui est positif et vrai, qui l’inspire et le protège, doit le refléter par son comportement. Ceci est fait par ces médiums qui, étant déjà compris dans la doctrine spiritualiste, et convaincus de l’équanimité et de la perfection avec lesquelles ils agissent dans le monde spirituel, convaincus par eux-mêmes de l’existence de ce monde supérieur, deviennent des porte-parole avec leur exemple de cette vie qui est au-delà de l’existence terrestre fugitive, sans que personne ne le leur impose.

Pour eux, la médiumnité a une transcendance éthique et morale. Parce que personne ne sait mieux qu’eux que nous sommes des êtres éternels, que nous ne mourons pas avec notre corps, mais que nous survivons à la mort. Le médium comprend alors que s’il doit servir d’intermédiaire entre les deux plans, il doit aussi agir, par pure logique, selon l’expérience qu’il vit directement et qui lui fait comprendre que nous sommes des êtres en constante évolution, une évolution des valeurs intrinsèques de l’être humain, de ces attributs qui composent notre personnalité et que nous portons en nous, comme partie intégrante, au-delà de l’existence humaine transitoire.

En même temps, il comprend aussi qu’il doit aider le reste de l’humanité à comprendre cette grande vérité : l’immortalité, comme continuité de la vie dans l’évolution ascendante, ce qui est la chose la plus difficile à admettre pour la société, et ce qu’il doit faire avec son exemple comme personne et comme moyen. Parce que s’il ne se comporte que comme un médium et ne fait pas ce travail en faisant savoir qu’il n’est qu’un intermédiaire des autres plans de vie, il n’offre pas une occasion en or de faire réfléchir tous ceux qui ont recours à sa médiumnité. Cependant, s’il ne s’attribue pas le mérite de sa personne, s’il fait son travail avec altruisme et s’il offre aussi un bon exemple en tant que personne, il contribuera à éveiller l’agitation spirituelle chez de nombreuses personnes, ce qui, nous devons le comprendre, est beaucoup plus important que l’objet ou le motif du fait en question pour lequel ils ont cherché l’aide d’un médium.

C’est donc une grande facette pour les médiums, de savoir comment se comporter en tant que personnes qui sont, et en tant que médiums au moment de l’échange. Il s’agit cependant d’une question d’une grande importance pour l’esprit, car il est le seul qui soit capable de comprendre la nature du travail du médium, et qui ne soit pas capable de le comprendre, et qui n’ait pas été capable de le comprendre.

Voyance flash ?

La connaissance est lumière, elle éloigne les fantômes de la peur, de la culpabilité. Nous devons nous méfier de ces croyances aux arguments faibles qui ne résolvent pas les problèmes fondamentaux de l’être humain, d’une importance vitale pour nous guider clairement et fermement à travers les méandres complexes de la vie. Des questions transcendantes telles que : Qui suis-je, d’où viens-je, où vais-je ? exigent toute l’attention et une analyse rigoureuse.

Il faut bannir le doute par le travail et l’effort de chercher des alternatives, des réponses qui satisfont toutes les questions, non pas pour s’accommoder de ce que l’environnement social ou même familial peut nous transmettre, mais plutôt, devant notre conscience, honnêtement, ces réponses doivent couvrir toutes les attentes, sans laisser aucun doute qui pourrait bousculer la structure argumentative que nous avons su construire. Si, de plus, non seulement la philosophie, mais aussi la science, soutiennent nos convictions, nous nous placerons dans un cadre de sécurité qui nous permettra d’avancer vers une œuvre édifiante, de croissance et de progrès sans égal.

Cependant, nous ne pouvons pas tomber dans l’erreur de nous considérer imprenables, de penser que par l’intelligence nous pouvons tout résoudre, tout comprendre. L’intelligence est un outil très puissant et fondamental, mais il ne suffit pas à lui seul de déchiffrer toutes les énigmes, tous les mystères. En plus des connaissances, l’expérience et l’auto-analyse sont nécessaires pour grandir dans tous les aspects. En d’autres termes, une connaissance sans les œuvres est une connaissance morte, sans âme.

Il est très important de savoir où nous allons, afin que le travail ici et maintenant puisse se concentrer sur des objectifs spécifiques. La mort ne peut pas être un sujet ambigu, mystérieux, alors que depuis des siècles, surtout depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, le monde spirituel nous hurle dessus : nous voilà, la vie continue, ce qui est à nous est une réalité concrète et diaphane, ce n’est pas quelque chose d’amorphe, diffus… Nous parlons d’une réalité bien réelle. La naissance du spiritisme a planté une graine qui n’a cessé de croître ; elle a marqué un avant et un après. Avec la prolifération des manifestations médiévales et leurs messages pleins de consolation et d’espoir, certaines barrières ont été brisées et en même temps des ponts ont été établis entre les deux plans, ponts qui s’élargiront au fur et à mesure que l’homme progressera. Il n’y a plus de retour en arrière maintenant.

Sans sous-estimer les religions et le travail indéniablement positif qu’elles ont accompli pour l’humanité, il est vrai qu’elles n’ont pas connu ou n’ont pas voulu affronter la réalité exigée par le progrès naturel de l’homme. Le monde avance grâce à l’effort, au travail et au développement de la pensée humaine. Si les religions traditionnelles ne se sentent pas évoquées, c’est leur problème. Dans la majorité des pays du monde, la liberté de culte et de croyance est garantie. L’homme a la liberté de choisir et si, comme nous l’avons déjà dit, il ne se contente plus d’une chose, il en cherchera une autre plus conforme à ses attentes et aspirations.

Dans les articles suivants, nous continuerons à nous pencher sur tout cela.

Biorythme ?

Le biorythme physique montre la capacité de résistance du corps, les réflexes et les fonctions des organes principaux. Chaque cycle dure 23 jours. Le biorythme émotionnel affecte les sentiments, l’humeur, la créativité et le système nerveux. Chaque cycle dure 28 jours. Le biorythme intellectuel montre la capacité de concentration, la mémoire, l’ambition, les fonctions logiques et analytiques de l’être humain. Chaque cycle dure 33 jours.

Un jour est critique lorsque la courbe du cycle franchit le point zéro, c’est-à-dire le premier jour de chaque phase et le jour qui tombe au milieu de chaque phase. En ces jours nous devrons faire attention à la façon de se comporter par rapport à l’aspect vital considéré.

Au lieu de cela, les jours précédant et suivant les jours critiques sont appelés semi critiques. Les jours où le point zéro se croisent en même temps deux des trois courbes de biorythmes sont considérés comme doublement critiques et les jours où les trois courbes traversent le point zéro sont considérés comme triple critique. Une prudence maximale est recommandée pendant ces jours.

Il est possible de savoir à l’avance à quel moment se produiront les jours critiques doublement et triplement, en fonction du nombre de jours qui se sont écoulés depuis la date de naissance.

La tendance des trois courbes biorythmiques qui caractérisent notre quotidien, à partir de notre date de naissance, est toujours différente jusqu’à la fin d’un «Age Biorythmique». Notre premier « anniversaire biorythmique » se produit dans la 58ème année et 68 jours d’âge: ce jour nous aurons la même situation biorythmique de notre naissance.
À chaque âge biorythmique, nous aurons 312 jours doublement critiques et 8 jours triples critiques. En particulier, les trois jours critiques à l’intérieur d’un âge sont limités.

Les jours positifs sont ceux où la courbe montre des pics de haute fréquence; ce sont des périodes de décharge cellulaire dans lesquelles le corps est capable de libérer l’énergie accumulée. Les jours négatifs, dans lesquels la courbe montre des valeurs de basse fréquence, sont les périodes de recharge cellulaire, dans lesquelles le corps a besoin de repos pour récupérer les énergies perdues.

Choisir un médium ?

Nous aimons regarder ce qui se passe chez nos amis Suisses. Internet à évolué dans un fait précis. Si voush cherchez à développer votre visibilité il faudra être bon élève et sortir sur des mots clés. Faire le choix d’une personne pour une consultation de voyance est-ce possible avec un gros site d’annonces ? On parle ici de questions importantes à résoudre ayant trait à la vie amoureuse, professionnel ou familiale. L’action de choisir un médium se fera forcément par affinités. C’est sur un site internet que vous pourrez découvrir au mieux un médium et sa manière de travailler.

Affinité amoureuse

Entre deux personnes « amoureuses » il existe une relation dense de symboles astraux qui suit des règles précises de gravitation réciproque. Difficile de tomber amoureux de quelqu’un « par hasard », pour la simple raison que les rencontres faites au cours de la vie suivent la dynamique du complexe de cendrillon créée par l’harmonie ou la disharmonie entre les éléments astraux.

L’astrologie comparée nous permet de voir plus clairement les forces agissant dans les relations personnelles et d’approfondir les relations du couple, apportant des solutions pour accéder à une meilleure compréhension et une écoute plus attentive aux besoins de son partenaire.

Horoscope chinois

L’horoscope chinois est basé sur l’association de sa date de naissance avec un cycle de temps particulier déterminé par les mouvements lunaires.
Chaque cycle a une durée de 60 ans, au cours de laquelle 12 secteurs alternent, chacun durant une année lunaire qui est de 354 jours, comparés aux cinq éléments (Eau, Métal, Feu, Terre et Bois).
Chaque secteur est associé à un animal appelé « régent ».

La succession des signes est déterminée par la date de la première nouvelle lune de la nouvelle année lunaire et ne coïncide donc pas avec le premier janvier: si vous êtes né en janvier ou février, vous pouvez constater que votre signe n’est pas ce que vous avez toujours pensé.